8. Grootkolk – 28.10.2015 – No 1 – Franco

Lever de très bonne heure, notre prochaine étape est Grootkolk, plus ou moins 280 km de route sablonneuse. La voiture est vite chargée à deux… Une fois de plus c’est un Steenbok, notre première observation, près du panneau solaire. J’ai aperçu un Gladiateur bacbakiri, pas le temps d’avoir une photo, mais Jacques en a une… lui !

Le long de la route des dunes, nous croisons des Outardes de Kori, un Héron mélanocéphale qui s’ébroue, une Huppe d’Afrique s’envole à notre arrivée, un Circaète à poitrine noire nous survole et nous laissons le passage à plusieurs Tortues léopard.

Outarde à miroir blanc Outarde de Kori

Héron mélanocéphale

Dans la vallée « Nossob river », je laisse un peu d’espace à un Chacal à chabraque qui se trouve sur le côté de la route et mon neveu crie : un Sconce… un Sconce ! C’est un Ratel du Cap, nous sommes trop près, je ne le vois pas, il montre les dents à Ivan. Quand enfin je l’aperçois, il fait demi-tour et s’en retourne dans les dunes. Il y a aussi un Autour chanteur… la totale. En général, Chacal, PCG et Ratel (ou Zorille du Cap) font équipe. L’un creuse le sol à la recherche de nid d’abeilles et de miel, les autres profitent de tout ce qui est déterré !  Curieuse bestiole, agressive, déterminée, elle n’a pas peur de se mesurer à un Lion et tient à distance presque toutes les Antilopes.

C’est la chance du jour !

Ratel ou Zorille du Cap Ratel ou Zorille du Cap

A Dikbaardskolk nous cherchons les hiboux, il semble qu’il n’y ait plus qu’un seul petit !!!

Des Hyènes tachetées se réchauffent au soleil, un Oryx partage le point d’eau avec un Chacal

Hyène tachetée Oryx

Une Crécerelle aux yeux blancs et un Ibis hagadash, une première pour moi dans le parc.

Arrêt à Nossob, la voiture à soif. Le shop est fermé… pour cause d’inventaire. Presque à chaque fois que je passe il y a un inventaire !!! Je peux quand même faire quelques achats. Merci Mesdames. Faut dire qu’il n’y a que trois shops dans le parc, à Twee Rivieren, Nossob et Mata Mata, tous petits magasins avec juste le nécessaire, c’est-à-dire trois fois rien !

Ivan prend le volant et nous continuons notre route, nous sommes environ à la moitié de notre trajet. Un Ciracaète à poitrine noire est perché au sommet d’un arbre, un Bateleur des savanes plane dans le ciel, des Vautours oricou et africain se désaltèrent. Plus loin des Secrétaires, Gangas namaqua et à nouveau un Faucon.

Vautour oricou

Nous croisons Sharifa et Duke qui quittent Grootkolk pour rejoindre Urikaruus.

Un stop à Lijersdraai, pas de Safran (« ma » Léoparde et son petit) nous avons pourtant scanné tous les arbres, buissons, hautes herbes… mais nous devons continuer…

Nous arrivons à Grootkolk vers 16h30. Franco nous accueille. Nous nous installons dans le chalet No 1. Presque aussitôt arrivent des timides femelles Grands Koudous.

Grand Koudou femelle

Mélanie et Stef habitent le chalet adjacent, mais je suis bien trop fatiguée pour aller prendre l’apéro vers eux, quel dommage, je me faisais un tel plaisir de les rencontrer à nouveau.

Et puis, toujours le même souci pour ce congélateur qui ne fonctionne que le jour. Il semble que le fusible n’ait rien à voir dans le problème.

Rob me cherche… pour me montrer les photos qu’il a prises de Safran et son petit, je suis verte de jalousie !

Ils ont déplacé le waterhole, je n’ai pas bien compris pourquoi. Les uns disent qu’il est plus près de tous les chalets et pas seulement du No.1, d’autres que les photos sont meilleures puisqu’au soleil. Faut-il vraiment penser aux photos plutôt qu’au bien être des animaux ? Je n’en suis pas convaincue. Quelques photos de l’ancien Grootkolk et d’autres d’aujourd’hui !!!

Grootkolk en 2012 Grottkolk en 2009 en 2009

Grootkolk en 2012 en 2012

Grootkolk en 2014 en 2014

Grootkolk en 2014 l’orage menace

Nous préparons le braai tandis que la pluie menace. Une Hyène brune fait une apparition avec à ses côtés un Oedicnème tachard. Juste le temps de griller notre repas et nous devons éteindre le feu, le vent est si fort qu’il pourrait envoyer des braises dans les herbes sèches…

Hyène brune

Gros orage et très fortes pluies durant la nuit, cela fera du bien à la nature, tout est tellement sec, et puis j’espère qu’il y aura des gouilles… les rapaces les adorent.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s