Kgalagadi 2016

mes amis, mes amours, mes emmerdes…

mes amis peuvent être mes amours, comme mes amours… mes amis…

Franco, Jacques, Willem, Eric, Ian, Hanri, Itumeleng, Les Trois Mousquetaires, Star et sa progéniture, Masego et bien d’autres 🙂

mes emmerdes
Ah! mes emmerdes… il m’a fallut beaucoup de patience, aimer très, très fort le Kgalagadi pour ne pas péter un câble… quoique que… j’ai quand même réussi à avoir le blues, à ne plus me faire à manger pendant une semaine et puis le pire est arrivé. Une nuit, comme chaque nuit à Grootkolk, j’attendais patiemment, dans le noir, devant la petite porte du petit patio, de la visite au point d’eau… je me lève pour aller chercher quelque chose à boire ma lampe de poche en main, fais un quart de tour… et dans le faisceau de la lampe… une Vipère heurtante… à moins d’un mètre… elle a dû passer d’un côté ou de l’autre de mes pieds et pour une fois je n’ai pas bougé au bon ou au mauvais moment.

Mais, commençons par le début….
Je passe 2 nuits chez mes amis à Upington, ils ont fait les 3/4 des courses, nous avons le temps de flâner pour le reste. Je me réjouis d’être dans le parc, 6 semaines immergée dans la nature, le soleil, la chaleur et la pluie !

A TR je renouvelle ma″wild card″, qu’il est impossible de renouveler en ligne ! dépose les 30Kg d’habits chauds que j’ai apporté pour l’hiver qui arrive et prend possession de mon logement (chalet no 6). Un Epérvier shikra m’arrive dessus, je ne suis pas prête, tout mon matériel est encore dans la voiture…
Les premières sorties sont couronnées de succès, Lion, Hibou, Aigle, c’est tellement sec, ils ont tous besoin des points d’eau.

Vipère heurtante

Les prénoms se heurtent dans ma tête… Marco, Mario, Pietro… FRANCO PUFFIE 😕
Je prends une photo, ratée, une deuxième à peine mieux, pas facile d’avoir en main la lampe de poche et l’appareil de photo et en plus de rester sur mes gardes. Franco arrive, l’attrape et la « déporte » pas trop loin, de nuit c’est pas prudent, il use ses deux mains pour porter le monstre, la balance au loin, elle fait deux ou trois tours en l’air avant de s’aplatir sur le sol dans un bruit sourd… elle est « assommée » pour quelques heures, elle ne reviendra pas de sitôt. Le lendemain matin elle a disparu. Tous les soirs, en plus de Franco, je fais minutieusement le tour de mon chalet pour m’assurer qu’aucune surprise ne viendra me faire un coucou. Mais à partir de ce moment, j’opérais presque comme un chacal : un coup d’oeil autour de moi, toutes les 2 ou 3 minutes…

    

Barking Gecko - Nossob waterhole

En route pour Kieliekrankie, Willem m’accueille et je me rends compte que le frigo/congélateur ne fonctionne pas la nuit. Le propriétaire viendra demain (500 km aller-retour) pour le changer, ainsi que la batterie. Le Bokmakierie que j’avais vu la dernière fois reste juste le temps d’en faire une photo

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Prochaine étape, 4 nuits à Grootkolk, où Franco m’accueille et m’attribue le chalet no 3, une foule d’animaux vient au point d’eau, le seul endroit où ils peuvent se désaltérer, mais la pluie arrive, un terrible orage, le lendemain tout est inondé… c’est Grootkolk beach.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je tente une sortie, la Nossob « dry river bed » est en eau, il pleut toujours et le niveau ne cesse de monter. Je trouve 2 Cheetahs qui viennent manifestement de finir leur repas d’après leurs ventres rebondis, un peu loin, mais j’attends le temps qu’il faut pour photographier l’intérieur de leurs pattes, afin de les identifier. Marabou Stork, Abdim’s Storks, Ludwig’s Bustards, Long-tailled Wydah sont au rendez-vous, ainsi qu’un African Hawk-Eagle et un couple de « mating » Yellow Mongooses.
Le frigo ne fonctionne toujours pas, un Sud-Africain que j’avais rencontré il y a bien longtemps me prête le sien pour quelques jours et on convient d’un nouveau rendez-vous à Kieliekrankie dans 2 jours  vers 14h. avec le propriétaire.

De retour au camp, c’est le bal des serpents, Vipères heurtantes et Mole Snake.Une Hyène brune vient au point d’eau, mais rien d’autre, il y a assez d’eau partout ailleurs.

Arrêt obligé à Nossob pour recharger batteries et autre matériel. Un camion vient, sans arrêter son moteur, prélever je ne sais quoi juste devant mon bungalow no 10A qui est dans un état  lamentable:/  Je fais quelques changements pour éviter de revenir à Nossob au mois de février, ce qui me coûte Rand 1000 !!! C’est cher pour éviter le bal des camions 😡

Ce que je ne savais pas, avec toute cette eau, toutes les routes sont transformées en rivières et qu’il est très difficile de rouler. Nombre de voitures derrière moi, des 4×4, renoncent à me suivre, mais je dois y aller… pour ce satané frigo. Je n’ai pas le temps de voir ce qui se passe autour de moi, j’ai assez de problèmes à essayer de suivre mon chemin. J’arrive en retard, on me le fait remarquer ! On change une nouvelle fois  le frigo… et la batterie.  Jacques m’a réservé la cabine No. 2.

Le lendemain dimanche, Jacques se rend compte qu’une de mes roues est légèrement dégonflée et nous décidons de la changer. Stupéfaction, la roue de secours n’est pas la bonne ! On rappelle le propriétaire qui passe le week end à Twee Rivieren avec sa famille et qui revient, on lui pique toutes les bonnes roues de son véhicule, sous la direction de Jacques, il semble que P. soit complètement dépassé par les évènements, je suis de nouveau au point du côté voiture, mais la journée est « perdue » du point de vue sortie. Pas grave il me reste 5 semaines !
Le lendemain je rigole à la vue de tous ces animaux, Tortues, Girafes etc… munis de » sabot ». Avant de partir un Ratel vient se désaltérer au point d’eau, il reviendra d’ailleurs le lendemain.

Puis, départ pour Kalahari Tented Camp, tente No 1 « Honey Moon ».  A Montrose un grand mâle Léopard, Urinanib, marque son territoire, il est magnifique. Plus au nord, j’ai de la chance, un Chat sauvage africain, Martin chasseur, Autour gabar + son dîner, Martial à portée de main, Lions, Jackal Buzzard et 3,8 km avant le camp un groupe de 16 Girafes attire mon attention. Elles reculent toutes en même temps, puis chargent et je me rends compte qu’un Cheetah est sous un arbre à proximité, elles le chassent et ce félin qui s’avère être Hanri, une des mes amours, traverse la route devant moi et monte la pente pour s’en aller dans les dunes. J’ai le temps de faire quelques photos.

Et une fois de plus le frigo ne fonctionne pas. Nouveau téléphone (international via la Namibie), nouveau rendez-vous à TR cette fois dans 2 jours vers midi !!! un peu court une fois de plus… rouler toute l’Aoub rivier après avoir déposé ce qui me reste de congelé dans les frigos du tout nouveau shop à Mata Mata. Cette fois c’est un spécialiste en batteries. A partir de ce jour le frigo fonctionnera, mis à part que la batterie « de nuit » a été mise à mal et qu’elle est complètement déchargée, elle passera la nuit au garage, et moi à Twee Rivieren.

Etape suivante, Urikaruus, unit 4, bien située puisque la dernière, mais un manque flagrant d’ombre. Eric me donne un coup de main pour décharger la voiture (comme tous  dans  les petits camps) et me propose le frigo « électrique » de la nouvelle unité qui n’est pas encore terminée, si j’ai encore des problèmes. Tout se sait… la radio fonctionne, comme un tam tam… jour et nuit.
J’ai la chance de trouver 4 Guépards, j’ai attendu des heures pour qu’ils se lèvent… il s’agit de Star, fille de Charlize et de sa progéniture. Elle est blessée à la patte avant droite et je crois que le dernier à se mouvoir n’a plus beaucoup de force pour se lever, il est si maigre.


Puis 13 Lions

et la cerise sur le gâteau :
ITUMELENG à l’entrée du 14ème, dans le premier arbre à gauche. Nous sommes 2 voitures, mais bientôt 3 autres arrivent et la Léoparde décide de changer de place, elle descend de son perchoir, un Sprinkbog entre les dents, traverse le champ en direction de l’autre route… les 3 dernières voitures se lancent derrière elle, elle prend peur, perd son butin, le récupère et part se cacher sous un autre arbre, je ne la reverrai plus, elle a dû prendre ses quartiers plus haut dans la dune, seul le kill est resté accroché dans un arbre… merci les « bandits » qui ne savent pas « seulement » observer…. c’est vrai qu’à 10 m c’est loin :/

Ensuite 2 groupes de Lions, à Craig Lockhard et à Dalkeith, des Autruchons, un Circaète à poitrine noire

De retour au camp, je prépare le braai, tandis qu’un grand troupeau de Springboks arrive, les Ecureuils, également, sont très actifs. A la nuit tombante des Otocyons profitent des insectes attirés par la lampe maintenant allumée.

Un groupe de 13 Lions arrive au point d’eau, se désaltère, se couche sous mon balcon, il passera une bonne partie de la nuit dans le camp.

Le lendemain je cherche le Léopard de Montrose mais je trouve un Cheetah, c’est encore Hanri  ♥♥

Avec toutes ces pluies, les deux vallées semi-désertiques sont devenues vertes, une quantité de fleurs se sont ouvertes, c’est magnifique mais les routes sont impraticables, les loops sont fermés. Cette nuit c’est un groupe de Hyènes tachetées qui investit le waterhole, une bagarre entre une brune et le reste de la meute nous tiendra éveillés une bonne partie de la nuit, sans compter le gros orage.

Re-départ pour mon deuxième séjour de 4 nuits à Grootkolk. En route des AWC, Pie-grièche à poitrines rose, Fauconnet d’Afrique, à Kwang un Faucon lanier sème la terreur, un Gymnogène (que j’ai d’abord identifié comme étant un juv. Bateleur), des Milans d’Afrique, des Secrétaires des serpents en font les frais. C’est un jeune et je crois qu’il veut montrer à ses parents qui sont présents comment il s’y prend… 😡

Comme toujours arrêt obligatoire à Nossob où je demande à charger la batterie « frigo ». Le chargeur est introuvable… il n’y en a qu’un seul dans tout le camp ? Il finira par arriver pour une demi charge, le courant est coupé une bonne partie de la nuit !!! Au hide 8 Lions se partagent l’eau.

Près de Kamqua un Springbok observe un Héron pourpré,  il est aussi étonné que moi  😉

J’arrive à Grootkolk, Franco m’attribue la même unité (No 3). Trois Mangoustes jaunes viennent se désaltérer dans le bol d’eau posé à terre de même qu’un couple Veuves de paradis et un Astrid à moustaches. Et c’est là que la Puff Adder entre en scène (voir/lire au début du récit).
En route j’observe ce que je crois être des termites volantes, dévorées par des fourmis…

Le lendemain, Union End, 5 Lions se prélassent, un peu avant le camp, un Bateleur au nid. Une Chouette effraie qui reviendra la nuit au plan d’eau  accompagné d’un copain/copine, wow encore un de mes amours ♥♥

Je trouve enfin des Suricates, il semble qu’ils aient disparu du parc !  Courvites de Temminck, Alouette brune, Traquet fourmilier et plein de rapaces.

Je rentre au camp, le couple, dans le bungalow voisin, fait du bronzing, en costume de bain, rouge pour madame. Une famille de Bubales, tout près du point d’eau, semble être en état d’alerte… merveille de la nature, ils donnent l’alarme… la famille Lions arrive, boit, joue et repart, dans ma direction, je me fais la plus discrète possible… derrière un poteau de la barrière, tandis que mes voisins gesticulent d’un côté de l’autre… toujours en rouge voyant et ce qui devait arriver arriva 😉

La femelle, accompagnée de ses jeunes les charge… deux fois. Ils sont rentrés dans leur chalet à la vitesse de Karl Lewis. Ils y sont restés longtemps… les jeunes ont pu attraper le bol destiné aux oiseaux, l’ont troué, roulé, envoyé en l’air… un festival. Plus tard, Franco est allé leur expliquer… maintenant ils savent m’a-t-il dit !

sur la route de l’aller-retour à Union End :

Avec un petit détour à Kannaguas

Tawny Eagle/Aigle ravisseur

Et le braai quotidien, avec en prime un magnifique coucher de soleil, comme toujours 😎

En route pour KK, avec arrêt à Nossob, Lions, Oryx mort à Lijersdraai, qui sera déplacée le lendemain, mais toujours pas de prédateur/mangeur.

Au hide un juv. Gymnogène fait son show, malheureusement je n’ai pas le bon appareil de photo, j’étais partie pour faire un reportage sur le nouvel hide en construction tout près de l’ancien et des travaux alentours, seulement un 200mm, je suis furieuse  😡

En route pour Kieliekrankie

Ensuite, je trouve sur la route un gars qui a crevés deux de ses roues, sur les briques perdues par les camions qui transportent le matériel de construction… oups, il est en mauvaise posture. Je décide d’aller appeler de l’aide à KieliekrankieK, via la radio, de poser mes affaires et je retourne lui tenir compagnie. A 17h toujours personne, je ne sais pas si il aura passé la nuit dans son véhicule.

Jacques n’est pas là, il n’arrivera que le lendemain. Au crépuscule une bande de Lions arrive, une maman et ses jeunes de différents âges. Ils sont déchainés, s’attaquent à la lampe, sans toutefois arriver à la descendre. Ils passent presque toute la nuit au fond du cratère.

Je les retrouve le lendemain sur la route privée, à l’ombre d’un grand buisson.

Puis de nouveau TR (au no 2, le moins bien placé et le seul libre ! en lieu et place de Nossob), en route j’ai trouvé des Lions à Kij Gamies, au point de vue, là où je cherchais des serpents. A la pompe à essence, le guide Ian s’aperçoit que j’ai un pneu défectueux, direction le garage que je commence à bien connaître, le pneu est irréparable, Ian qui va le lendemain à Upington me propose de prendre une nouvelle roue chez mon loueur.

le nouveau Kieliekrankie !

Pendant ce temps comme je n’ai plus de roue de secours, je reste donc une nuit de plus à TR et je me contente, avec l’accord des garagistes/dépanneurs et guide d’aller « seulement » le long de la Nossob River, jusqu’à Kij Kij. Je trouve plein de Hiboux, Verreaux et Grand-Duc, Coucou de Jacobin trop loin pour en faire une photo, une énorme Tortue que je laisse traverser la route en la bloquant (la route… pas la Tortue) !!! un Falcon lanier qui attrape un Tisserin à la petite rétention d’eau juste un peu plus au nord de Kij Kij. De nouveau il s’agit d’un jeune, accompagné par ses deux parents.

Hier, en route pour TR, j’ai trouvé une tortue coincée dans le bassin de Batulama. Je l’ai mentionné à la réception et m’ont dit qu’il enverrait quelqu’un pour voir ce qu’il peut faire. J’ai même vu un Cheetah sur l’horizon des dunes, mais pas le temps d’en faire une photo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Buse rounoir et Tortue léopard

Le lendemain, après avoir remis en place la roue de secours, départ pour KTC… tout est dévasté, une tornade a emporté les 3/4 des toiles des tentes, désolation, effroi, impossible de mettre des mots sur ces images ! Ils ont commencé à réparer la tente No 1, la mienne et on me demande de revenir dans quelques heures, pas avant 18h. Je demande à déposer le congelé dans le frigo, la batterie n’est toujours pas entièrement chargée.

Je retrouve un melanistic Gabar Goshaw, il a les yeux rouges/jaunes, plusieurs Snake-Eagle.

J’ai rencontré un Léopard, Masego, qui n’a jamais voulu se lever, il a seulement soulevé sa tête d’un côté et de l’autre, une Hyène tachetée, des fleurs et quelques oiseaux

De retour au camp j’ai juste le temps d’apercevoir une Magpie Shrike… Ce soir je fais seulement un feu, je n’ai pas le courage de faire à manger.Un Amarula... rien de meilleur

En route, j’ai trouvé Masego ♥♥ , à Rooibrak, merveilleuse image pour une fin de journée.

MASEGO - Rooibrak

Le lendemain, de bonne heure les ouvriers viennent terminer ma tente. Je rencontre des Lions, Cheetahs et encore des Lions, le den des Spotted Hyenas qui rentrent de la chasse, les jeunes montrent le bout de leur nez quel show. Je pourrais rester des heures à les observer.

Il pleut à nouveau, les routes se dégradent très vite, d’énormes ornières se forment où je manque rester coincée… un 4x est vraiment indispensable d’après moi, dans le Kgalagadi. Au sud de KTC un Cheetah est couché à côté de son kill… il ne bouge pas, il à l’aire de reprendre son souffle, le kill vient d’arriver ? Donc, je pense que j’ai environ 1 heure ou deux avant qu’il ne bouge. Erreur, quand je reviens, il a commencé de manger, il a bougé… à l’intérieur du buisson HA HA HA, c’est Hanri >3 , une fois de plus.


chacun son menu 😛

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Départ pour une nuit à Mata Mata (chalet Nr 7) (c’est la seule nuit que j’ai trouvée, ne restait que des places au camping). Je visite le nouvel hide que je trouve très bien, à part des Wattled Starling pas grand chose. Je prends possession de mon chalet (no 7) et avec stupéfaction je découvre un bébé Kalahari Scrub-Robin sur la table de la terrasse attendant que maman vienne lui remplir le bec. J’appelle un « spécialiste » en oiseaux qui me dit : il va bien, j’ai cru qu’il était à l’intérieur, le bébé saute à ce moment jusqu’au braai où il restera presque toute la nuit. Impossible de faire un feu dans l’un des plus beaux braais du parc !!! Plus tard je me rends compte que le nid est sur la terrasse, sous le toit de chaume au dessus de la chambre à coucher et que l’oiseau y est peut être tombé, l’adulte continue d’aller porter à manger dans ce nid. J’ai demandé de poser ce bébé sur une banche de l’arbre mort juste à côté de mon balcon… : il est bien là… mum takes care of it ! Heureusement que j’y étais que pour une nuit. Je me demande si les suivant auront « braaier » l’oiseau o_O

Retour à Urikaruus, Eric me propose le No 2 et je suis contente, il y a de l’ombre. A nouveau des Lions. Je me prépare à prendre en photo un Circaète à poitrine noire qui disparait presque aussitôt de son perchoir, je le suis tant bien que mal avec mon objectif… BINGO, il revient vers moi avec un Cape Cobra dans les talons, évidemment je ne suis pas prête, mais j’ai quand même quelques intéressantes photos.

Girafe

La nuit 12 Girafes squatent le waterhole et le lendemain… des Canards !Cape Teal/Canard du Cap

Quelques oiseaux, si difficile à identifier, comme les Alouettes et toujours des fleurs, un Circaète et quelques mammifères.

A Kamqua des adultes Hyènes tachetées prennent leur bain, 3 dans le petit bassin, je suis tordue de rire, le bassin est trop petit… il y a des tension XD

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le lendemain, direction Mata Mata, je trouve 4 Cheetahs au 14ème, sur la route d’en haut et je reste de nouveau des heures pour avoir leurs pattes en photo. Il s’agit des Mousquetaires ♥♥♥14ème upper road - Les 3 Mousquetaires

De nouveau Circaètes, Giraffes 13 et 18 individus, il y en a de plus en plus et des grands groupes, des Lions impossible à voir……..big traffic jam !!!!!!!!!!    une Mangouste rouge. J’ai appris, il y quelques jours, que deux Girafes se sont fait mangées par des Lions !!!

La nuit suivante des Renards du Cap chassent les « moustiques » à la lueur de la lampe.

Puis de nouveau direction Mata Mata, la voiture à soif. Je trouve des Colious, sans avoir le temps de les photographier, encore des Lions et d’autres oiseaux. Je fais le plein, passe au shop et retourne gentiment dans la direction des loops.

Je n’irai pas plus loin que la deuxième dune… la voiture s’arrête, impossible de la faire démarrer à nouveau, il est environ 11h, j’attends une bonne heure que quelqu’un passe. Tente de mettre en marche la Hilux… on sait jamais avec une nana aux commandes ! On prend l’essentiel (appareils de photos etc…), tout ce qui ne peut pas rester dans une voiture au soleil, toutes fenêtres fermées…. À cause de la poussière et du sable.
Cornelius, le garagiste de Mata Mata m’accompagne jusqu’à ma voiture, ouvre le capot, pompe au dessus du carburateur, me demande si j’ai des outils !!! Stupéfaction ! oui, my Swiss army knife, et déclare que le carburateur est « out ». Retour à Mata Mata, nous téléphonons à Pieter (app.intern. via Namibia) qui enverra quelqu’un demain pour dépanner la voiture. On me propose de rester dormir à MM, toutes mes affaires sont à Urikaruus, me vient une idée, demander à ma voisine de l’unit No 3 de venir me chercher en faisant son tour de l’après midi. J’ai attendu des heures à la réception… merci à Martina de m’avoir rapatrié à Urikaruus, dans une course pour rentrer,  nous avons tout de même trouvé un AWC et des jeunes Renards du Cap, nous ne prendrons que Mum en photo, les petits sont bien trop agiles, donc impossible à prendre en photo et puis la pleine lune sur les dunes… magnifique !

Le lendemain, nous attendons Eric et moi l’arrivée des mécaniciens. Je dois quitter le camp à 9h et ne peut entrer à Kieliekrankie qu’à 14h et de nouveau des problèmes de frigo surgissent, la voiture n’ayant pas roulé, la batterie doit de nouveau être à plat.

En attendant je m’installe sur la terrasse, j’ai même fait un peu de ménage dans la cuisine pour qu’Eric ne soit pas trop en retard. Le waterhole a été spécialement busy ce matin là, une petite compensation à mes déboires. Outarde de Kori, Girafes, Springboks et une centaine de Gnous chassé par le propriétaire des lieux furieux de tout ce va et vient.

Tout est plus ou moins rentré dans l’ordre, un groupe de Gangas Namaqua arrive vers l’eau… un Faucon aussi… Il attrape une première Ganga qu’un Aigle ravisseur vient lui voler. Patience, il doit toujours avoir la fringale… YES ! il est prêt pour la deuxième. C’est laborieux, il la blesse, la laisse repartir, attend qu’elle bouge à nouveau pour rebondir, la rate encore, et toujours, à la manière des chats, attend qu’elle bouge pour foncer sur elle. Enfin le calvaire est fini, il la déchiquète et l’avale, laisse un tout petit rien sur place que le l’Aigle s’empressera de venir ramasser.Namqua Sandgrouse/Ganga Namaqua

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9h…

10h…

10h30 toujours personne…

et vers 11 h. arrivent 2 gars, un mécano et le chauffeur. Ils m’emmènent sur le « lieu du crime ». Je laisse le congelé (que j’avais mis dans le frigo au camp… 6ème sens ?) dans le congélateur d’Eric, je passerai plus tard le chercher, avant d’aller à Kielekrankie. ILLUSION, nous sommes restés 3-4h à essayer de réparer… ils avaient un carburateur neuf… sans rien d’autre, je leur ai donné pas mal du petit matériel que j’emmène toujours avec moi, le carburateur n’était pas exactement le bon modèle:!:

Quand tout fut posé, la voiture ne démarrait toujours pas. Ils ont but presque toute ma réserve d’eau, les cocas, maintenant chauds, que j’avais acheté le jour précédent, il faisait plus de 40° sous un ciel plombé, sans une brise d’air. Et puis ils ont declaré « there is nothing we can do ».

Bon, alors déposez-moi à Kieliekrankie avec tous mes bagages. On a vidé la voiture de tout son contenu. Il était temps de repartir s’ils veulent ressortir du parc dans les heures. A Kieliekrankie, ils ont tout transporté dans mon chalet, No 3, pas le plus facile d’accès. On a retéléphoné (appelle international) à Pieter qui a proposé de m’apporter une nouvelle voiture le lendemain matin.

La nouvelle voiture est arrivée, vers midi !!!, une femme conduisait le camion sur lequel elle était juchée, au moment de repartir, il n’y a pas beaucoup de place à KK pour faire demi tour avec un camion et faire la route à reculons n’est pas non plus une solution, à nouveau des problèmes…

Je reparts au nord en direction des loops, ces loops que j’ai raté 2 jours de suite, mes préférés dans le parc. Je tombe sur 3 Cheetahs à 1/2 km au nord de la jonction pour KK. J’attends de nouveau des heures, j’aurai les pattes de 2 Cheetahs, le troisième n’a jamais voulu se lever. Est-ce les mêmes 4 que j’avais photographié quelques semaines auparavant, moins celui qui semblait aller très mal ? Non ! ce sont des nouveaux pour moi : Choo, Fancy et Benny ♥♥

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai rencontré mon ancienne voiture sur le camion qui faisant le chemin inverse. Un gars s’est arrêté pour me dire qu’il y a des Lions vers Auchterlonie, mais j’étais vraiment trop occupée avec mes « amours ». Et je ne suis pas allée vers les loops l'ancienne... s'en va

Le lendemain de nouveau, le nord, les loops. Un grand rapace vole au dessus d’un groupe de Girafes, wow c’est un jeune Gymnogène. Personne ne s’arrête, mis à part les Lions qu’est-ce qui peut bien les intéresser ? courir derrière les jeunes chats ?


Le surlendemain, départ de toute bonne heure, à nouveau pour les loops à la recherche de mes amours. A l’entrée du 14ème, dans l’arbre de Itumeleng, un Gymnogene adult WOW ! Un Red-necked Falcon, Girafes et Girafes, des Autruchons et leurs parents, des oiseaux petits et grands. Je vais jusqu’à Mata Mata, je rencontre Cornelius, je ne m’arrête pas, qu’est ce que je pourrais bien lui raconter ? son manque d’outil ? son diagnostique ?

Pas l’ombre d’un Cheetah ou même de Itumeleng. La fête est finie ! A Samevloeiing il y a 2 sortes de Canards. Ce soir je dors à TR… je suis épuisée…

Pour la dernière sortie, je décide de faire le petit loop, Kik Kik-KK-TR. J’ai rencontré Enrico le spécialiste des Hiboux, qui venait d’arriver dans le parc. Dans la route des dunes j’ai trouvé des Courvites à double collier

Au camp un Woodpecker, des Mousebirds et un Barbet. Bonne dernière journée

Demain matin je rentrerai de bonne heure à Upington, sans faire de tour dans le parc, je suis tellement fatiguée que j’ai peur de m’endormir sur cette terrible route droite qui mène à la civilisation braai à Kieliekrankie

J’ai mis des heures pour y arriver. Je vais à nouveau passer 2 jours avec mes amis, avant de m’envoler pour Le Cap, mais ça c’est une autre histoire……………

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s