… et le rêve devint réalité

5ème période – 15 au 21 février 2017 Urikaruus – KTC – TR

Magnifique levé de soleil, des Oryx arrivent au point d’eau dans ces belles lumières. Ce matin je cherche les chatons, j’ai le temps je vais à Urikaruus, à un jet de pierre. Je n’ai pas grand-chose à déménager, je n’avais pris que l’essentiel

Et puis je vais retrouver Jacques, prendre ses photos pour les imprimer afin que sa famille puisse les admirer et essayer d’identifier les Cheetahs et autres Léopards. Hélas, je me rends compte à la maison qu’il m’a déjà donné toutes ces photos, l’année d’avant… donc rien à printer, rien à ID !!! prochaine fois.
Je fais un petit détour jusqu’au plateau des Alouettes et je retrouve des Courevites de Temminck qui cette fois participent à la séance photo. Haut dans un arbre perché un Elanion blanc, une Pie-grièche fiscale, un Fauconnet d’Afrique et une femelle Tourterelle masquée. Une Mangouste jaune fait une apparition près d’un terrier d’Ecureuils fouisseurs, puis une Lionne cachée dans les hautes herbes, à 1 mètre. Je reste un moment pour voir si elle veut se lever… mais j’apprend plus tard, bien plus tard qu’elle était accompagnée par des jeunes, qui je pense dormaient dans les herbes, impossible à voir, d’où la surveillance de la Lionne !!! Zut, je suis déçue, je devais être trop près… si j’avais pu imaginer 😦 Petit arrêt usuel à Kamqua picnic spot.
Peu avant la jonction pour Urikaruus, une agglunitation de voitures 😉 … je cherche, tout en haut, sur la colline, cachés entre des arbres et des buissons j’aperçois 2 Cheetahs, à peine visible. On me dit qu’il y a eu trois « meutres ». En haut ils sont en train de manger un des butins. Par contre je vois, en face, dans la vallée un autre Springbok, couché sans vie… Je décide de déposer mes affaires au camp et de revenir dans une heure ou deux pour la suite des événements Les Perlies sont toujours là, je range le peu d’affaires dont j’ai besoin pour une nuit, il est facile de retourner à la voiture, même de nuit, puisqu’elle est enfermée dans le petit jardin privé.
Je retourne sur les lieux du « crime » vers 15h30, juste au moment ou Hanri traverse le lit de la rivière, les jeunes ont déjà déplacé la carcasse… je suis un peu trop tard pour assister au dragage de la proie sous l’arbre. Ils ont déjà tous des ventres sur le point d’éclater et ils continuent de manger. La journée à été bonne. Un Gnou arrive, prend ses jambes à son coup, ensuite deux Autruches… qui effraient les Springboks en courant dans tous les sens avec fracas pour échapper aux prédateurs qui tranquillement mangent.
Puis vers 17h enfin ils ont fini de manger et décident d’aller boire au waterhole adjacent. Il n’y a pas beaucoup d’eau, ils sont obligés de boire dans les flaques, leurs pattes sont boueuses, pas beau à voir ! Ils retournent se coucher sous un grand arbre près du point d’eau, j’attends encore… et encore… mais il est temps de me décider de rentrer, je voulais inviter Jacques à manger, ce sera pour l’année prochaine, je n’ai plus le temps de rien faire avant la nuit que de préparer mon matériel et de m’occuper de son appareil de photos.Je lui ai laissé le « flat chicken » congelé que j’avais prévu qu’on mange ensemble, bien trop grand pour moi toute seule 🙂 Des Otocyons jouent à attraper les insectes qui volent autour de la lampe.
Et bien voilà une journée bien remplie, en seulement quelques kms.
Départ vers 9h pour 3 nuits à KTC No 1 « Honney Moon », ma tente préférée. J’ai le temps de prendre en photo un Drongo brillant qui joue à un Oxpecker à bec rouge. Ils ont creusé ce qui va être un nouveau water hole, plus près de l’unité No.1. Les Antilopes ne semblent nullement dérangées par les travaux.
Cette nuit un Léopard est passé, les Jackals ont donné l’alarme. Mon matériel était rentré, impossible de le laisser toute la nuit… il pourrait pleuvoir Des Lionnes sont couchées peu après le point d’eau d’Urikaruus/Urikaruus waterhole, un African yellow-billed Hornbill, le Gymnogène me fait un petit coucou, une Huppe et deux Tawny ainsi qu’un Elanion blanc. Un Faucon chiquera a attrapé son petit-déjeuner et le dévore, harassé par un Drongo. Ensuite à nouveau ce que je pense être une Buse des Steppes Arrivée au camp, tente No. 1, l’écureuil, plein de tiques, est en train de manger toutes les fleurs jaunes autour de ma terrasse, il à l’air d’adorer ! Un Starling prend un bain dans mon écuelle bienvenue.
Je prépare le braai de façon que les corbeaux ne viennent pas me piquer mon repas, d’ailleurs un n’est pas bien loin… il surveille aussi mes faits et gestes 😡
Cheetahs Day 😎
Quelle journée. Partie de bonne heure… rentrée tard… à la fermeture de la gate !
A environ 6 km au sud de KTC, côté ouest (à ma droite allant au Sud) un Cheetah est en train de manger sa chasse. Un Springbok je crois. C’est une femelle, que j’ai identifiée comme étant Cora (la fille de Corinne) Je reste 1h30 avec elle, elle a semblé être très intéressée par une Antilope passant de l’autre côté de la route, mais elle fini par se recoucher

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je la retrouverai peut être au retour.
A l’entrée de Dalkeith, des Irrisors moqueurs, un autre Faucon et deux Aigles ravisseurs
et près de Kamqua waterhole, encore Hanri et les petits, sous de grands arbres, cherchent –ils à manger ? et ils s’en retournent dans les dunes à l’est Un jeune Secrétaire des Serpents quémande de la nourriture et Mum lui donne. Joli tableau que je n’avais encore jamais vu. Il y a aussi des Girafes Au retour, je retrouve Cora, elle s’est déplacée… de l’autre côté de la route. Elle a tué un Springbok qui git à quelques mètres. Je suis sûre qu’elle est portante, tuer 2 Springboks dans la même journée… c’est un signe 😎 Un troupeau de Gnous, avec des jeunes passe à quelques mètres, elle s’aplatit et fait la morte, de peur que les adultes ne la chassent et qu’elle perde son butin. Mais les Gnous ne l’ont pas vue, tout va bien, ils continuent leur chemin 😎 Le kill semble être récent, l’estomac n’a pas encore gonflé. Je remarque qu’elle est blessée en haut de la cuisse droite, une ancienne blessure il me semble. Elle cherche à draguer sa proie à l’ombre pour la manger, mais chaque fois qu’une voiture passe s’arrête et repart… tout est à recommencer. Elle à l’air d’être très timide. Nous sommes restés 2 voitures jusqu’au dernier moment… plus de 2 heures d’attente.Elle aura certainement profité de son repas après notre départ. Aux dernières nouvelles, Cora a été vue fin août 2017 accompagnée d’un petit Fan-tas-ti-que 😉 Plus le temps de faire à manger avant la nuit = chips et savanna !!! caramba 😛

Et à nouveau Hanri et le gang sont prêts pour un kill. Mum est aux avants postes, les petits aplatis un peu en retrait. Des Antilopes arrivent des deux côtés.

J’attends… mais tout ne va pas si bien, ils se lèvent d’un seul coup, s’enfuient coté ouest, traversent la route et se réfugient sur un tout petit monticule. Ils restent là assis ! Je roule un peu plus au sud… à 500 m environ des Lions sont couchés, le regard tourné vers les Cheetahs ils ont dû les sentir et pensent qu’il vaut mieux ne pas rester dans les parages. Brave Mum qui prend à cœur l’éducation des ses ados. A nouveau plein de rapaces, Buse rounoir, Buse des steppes, Elanion blanc, Aigle fascié et plus… Deux chacals se réveillent en jouant, qui pourrait penser que se sont des prédateurs féroces, c’est si agréable de les voir jouerAujourd’hui je rentre de bonne heure, je dois laver mes cheveux avant de retourner à TR où mes amis de Upington viendront me rejoindre… derniers jours dans le parc… J’ai fait une promesse à Johan : trouver un Lion, pour lui, Sud Africain qui n’en a jamais vu 🙄 Ce sera chose faite dans quelques heures.Je quitte avec tristesse le camp de tentes, vers 8h30, je n’ai pas de temps à perdre, ce soir je reçois du monde, le chalet à TR sera bondé !
Des Springboks s’en donnent à cœur joie… un nouveau jour se lève, la nuit à été calme, personne ne manque à l’appel.Peu avant le 14ème un Brown Snake Eagle/Circaète brun fonce sur une proie, à quelques mètres de moi. La bagarre est rude et je finis par apercevoir un serpent qu’il tente vainement d’estourbir et surtout de cacher ! Enfin il peut le manger, cela semble être un Mole Snake

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juste après Montrose, une nouvelle surprise m’attend, Hanri, encore elle, et ses « grands » petits. Les uns finissent de manger, les autres sont déjà au repos. Il y a encore des Milans d’Afrique/Yellow-billed Kite. Je ne peux pas rester le temps que je voudrais, « seulement » une bonne heure :/ Et à Batulama il y a des Lions. Un Martial Eagle me gratifie également de sa présence. Sur la colline aux Alouettes, je trouve un Traquet du Cap, petite merveille et avant de descendre, je laisse passer un groupe de Gnous, ils doivent venir de Houmoed et avancent dangereusement vers les Lions et les Guépards !!! Là encore, je ne peux pas rester trop longtempsIls arrivent tard, mais j’ai le temps de recharger tout mon matériel, de vider les cartes mémoires, de les charger dans deux disques durs externes… on est jamais trop prudent !
Ils apportent une quantité incroyable de nourriture, comme si j’étais une colonie à moi toute seule…. et que je n’avais rien mangé pendant ces semaines passées !!! Je reçois la clé pour le chalet No 26, un peu à l’étroit pour un couple et moi. On mange à l’intérieur, une petite pluie s’invite à l’heure du braai 😦
On… Ils se lèvent tard, on ne part que vers 10h !!! Je prête le 4×4 à Johan qui est ravi de conduire dans le parc
Samevloeeing est inondé, les Vanneau couronné doivent nager, ce qu’ils ont l’air d’apprécier ainsi que des Ouettes d’Egypte. On pique-nique à Auchterlonie… avec une nappe à la manière des Sud-Africains 😉On a la chance de trouver des Suricates, toujours agréable à voir dans le Kgalagadi On s’arrête vers le den des Hyènes, un Bateleur et un Martial Eagle, un Tawny, une Girafe camouflée. Un Ecureuil écrasé, des fleurs… Les nuages s’amoncellent, le braai se fera avec un parapluie 😀 Une fois de plus on mange à l’intérieur Ce matin à nouveau les réveils sont pénibles… Nous partons tard pour la Nossob Dry River Bed. On s’arrête vers la Chouette effraie qui n’est non plus pas bien réveillée, elle montre à peine le bout de son nez, après être resté un bon moment à voir jouer des jeunes Chacal à chabraque dans et autour d’un buisson. Ils ont apparemment trouvé une souris et la poursuivent ! Un Faucon lanier est détrempé, il n’a pas fière allure Quelqu’un a vu des Cheetahs le long du lit de la rivière, vers Leudrill, on ne les trouve pas. Faut dire que tous les esprits sont occupés par des Lions. A kij Kij, toujours rien, c’est pourtant un des meilleurs endroits pour les trouver. Je m’arrête à la petite rétention d’eau pour observer les Faucons qui chassent, cela n’intéresse que moi… hélas ! Une voiture nous fait des appels de phares, un Lion est couché légèrement en retrait de la route sur notre droite. Même sans les phares, nous ne pouvions pas le louper… une si grosse bête !!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons décidé de boire un café… et de déjeuner à Melkvlei et je décide d’aller voir après le prochain tournant si…. si…. Oui, il y 4 Lionnes couchées dans le talus, à moitiés cachées dans les taillis. Elles souffrent de la chaleur, sont avachies , en plein soleil… comme tout bon Lion qui se respecte On trouve encore quelques rapaces, Milan d’Afrique, Bateleur des savanes, Buse rounoir/Faucon lanier ,Aigle ravisseur. Le mâle Lion baille et se déplace de quelques mètres. Cette fois il est presque invisible dans les hautes herbes.
Au retour un Bubale et un Sprinkbok. Une famille Autruches mène ses teenagers d’un côté et l’autre de la route. Un peu plus au sud se sont de tous petits Autruchons, gardés à l’ombre sous l’aile de papa De retour au camp, j’entends la Perlie, je vais voir dans l’arbre habituel… elle est là. Ils ont de la chance, ils ont vus deux sortes de hiboux pas si courant, ainsi qu’une Mésange cendrée avec son souper. Nous préparons le nôtre. Le vent est puissant et nous décidons de placer les voitures de façon à le contrer ! Deux Mangoustes jaunes nous tiennent compagni. Au menu rack d’agneau, champignons farcis, Pain à l’ail et du vin rosé Jour de retour à la civilisation !!! Je dois rendre la voiture à 16h à l’aéroport de Upington….
J’aimerais partir de TR avant midi, je n’aime pas cette longue route droite qui mène à Upington. Il faut remplir la voiture de façon à pouvoir la décharger facilement avant de la restituer à l’agence qui se trouve à l’aéroport.
On part tout de même pour notre dernier drive dans le parc… vers 9h30 et on va à nouveau déjeuner à Melkvlei, bien trop loin d’après moi, nous ne serons jamais à temps à l’agence de location de la voiture. En bonne Suissesse j’angoisse, je n’ai pas l’habitude de retards si importants !
On retourne vers la Chouette, qui ne se montre pas plus coopérative, un Steenbok pait de l’autre côté du lit de la rivière, pas courant de les trouver si près de TR. Le clou de la journée est sans doute un Bousier/Dung Beetle. Une première pour moi dans le parc A Leudrill à nouveau des Autruchons. Plus loin un Martial. Il est midi quand nous pique-niquons à Melkvlei, Sous les bancs un Ecureuil fouisseur fait des mimiques pour recevoir à manger !!! La Chouette effraie se montre un peu plus coopérative, petite victoire pour mes amis, 13h30… encore quelques fleurs… mais il est grand temps de retourner à TR pour prendre la route de la civilisation J’ai rendu la voiture à 17h30, sans avoir le temps de faire le plein, ni de la laver un peu, elle est dégueulasse… il n’y avait plus personne au bureau, j’ai dû mettre les clés dans une boite aux lettres 😛

à suivre… La Namibie… le rêve… enfin 😎

… et le rêve devint réalité

4ème période – 9 au 14 février 2017 – Mata Mata – Kieliekrankie

Ce matin, je prends mon temps. Je déménage à Mata Mata pour  4 nuits. Un des trois camps principaux qui ont l’électricité. Twee Rivieren journée et nuit, Nossob et Mata Mata pendant la journée, extinction des feux de 21h30 à  5 h du matin. Pour moi le tout est de me coucher avant 21h30… avant que je sois obligée de « rôder » de nuit. Je n’aime toujours pas la nuit !

Le lever de soleil est magnifique, seules quelques Antilopes broutent déjà

Petit détour au sud, à Kamqua, pour retrouver les Hyènes. Elles mangent, le butin de la nuit ? mystère !!! et sous le grand arbre à gauche de la route menant à Nossob, une forme, un Lion est couché et ne semble pas bouger. Je vais voir. C’est un vieux Lion qui ne me semble pas du tout en bonne forme. Il lève légèrement la tête et la laisse retomber. Oups… c’est triste de voir le roi des animaux finir comme ça… seul Et je retourne au nord. En route je trouve un Martin-chasseur à tête brune, plus ou moins courant maintenant dans le parc et un nouvel oiseau qui lui non plus ne devrait pas se trouver dans le désert : une Echasse blanche (Black-winged Stilt) 😀 La Kori Bustard parade toujours… je vais la retrouver plusieurs jours de suite, dans le même état ! je l’ai baptisée KORI-Viagra !!!, ensuite c’est un PCG à terre qui attire mon attention, il tente de s’envoler avec un énorme Serpent Mole (Mole Snake), mais ne peut faire que des bonds, des grands bonds certes et c’est vraiment très impressionnant de voir la force de ce petit rapace 🙄 Au shop de Mata Mata J’apprends que j’ai raté 3 Cheetahs… Corinne ??? Je suis furieuse 😡
J’hérite du chalet No 12, magnifique, juste en face du point d’eau… je me réjouis, j’espère que cela sera sportif.
Il y plein de Martin/Swift/Swallow (Hirondelles et/ou Martinets) j’essaie d’en photographier, même quand elles passent très près de moi, elles sont tellement rapides que c’est quasiment impossible… elles m’énervent !!!
Il y a sous ma terrasse un Ecureuil qui semble avoir été blessé par le fil à hautes tensions qui nous protège des prédateurs ??? Le lendemain une seule direction s’offre à moi : le sud, mes loops et waterholes préférés. Je décide d’aller jusqu’à Kamqua. Les hyènes sont toujours là.
Presque à la hauteur des dunes, je rencontre mon sauveur de l’année dernière avec sa famille. Il y a des Vautours qui nichent, comme d’habitude dans cette vallée. J’aperçois le Monitor sur ma gauche, manifestement il rentre chez lui… il traverse la route devant moi et retourne dans les petits rochers sur ma gauche, entre des grands buissons ou des petits arbres. Je le suis un petit moment. Là encore je suis seule, il y a bien une ou deux voitures qui m’ont demandé ce que je regardais… pas assez intéressant je penseEt puis un petit rapace que je pense être une Buse des steppes, puis des papillons Monarques agglutinés sur un autre insecte qui me semble être une sauterelle verte . Un autre petit rapace prend un bain de cul dans une des gouilles de la route de sable et une Tortue terrestre. Et encore un Martin chasseur striéA l’entrée d’un des loops, des Springboks s’enfuient, pourquoi ? je cherche le ou les intrus, ils sont peut être postés derrière les grands arbres de la vallée et je ne peux les voir. Une Veuve royale fait une apparition et j’observe de belles fleurs qui courent le long d’un grand tronc. Là aussi des voitures s’arrêtent et repartent aussitôt.Avant le 13ème Hanri et le gang est là, prêts à s’élancer pour assurer le menu du jour. Nous sommes une dizaine de voiture, je suis bien placée et à gauche de la route. Un plus malin se gare à mes côtés empêchant les autres de se mouvoir. Pour moi, il est impensable de me déplacer d’un cm pour les 10 minutes qui vont suivre Et elle se lance, deux jeunes sur les talons, les deux autres hésitent et finalement partent aussi. Pour qui n’a jamais vu démarrer un Guépard c’est vraiment très impressionnant. Il me manque juste la capture, je recule d’un mètre ou deux, maintenant c’est possible, presque toutes les voitures ont disparues… et je tombe sur la neutralisation de la proie. Les jeunes arrivent et le festin va commencer, calmement, sans se fâcher ou s’agresser. Quelle différence entre ces grands prédateurs, les uns s’entre tue et d’autre « dégustent » calmement. Je reste plus d’une heure, les retrouverai-je à mon retour ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je continue mon chemin et trouve cette fois 2 Huppes sur une branche dénudée, photo facile ? oui mais dans l’ombre. Au retour, les Cheetahs sont toujours là, couchés au pied de l’arbre et semblent très intéressés par des Kudus qui approchentAu camp, je me rends compte que deux de mes bouteilles entreposées le long de la barrière à Urikaruus sont transpercées de deux canines. Quand on sait que la rage se transmet par la salive, j’abandonne ces deux bouteilles, il faudrait cuire le contenu mais je n’ai pas de récipient assez grand.

Tandis que j’allume le feu, des nuages s’amoncellent 😦 L’orage me réveille, il pleut fort, je me rendors. Au petit matin je constate les dégâts… horreur le waterhole est sous l’eau, toute la vallée est sous l’eau et il continue de pleuvoir… très fort !!!
Je me dis que si vers dix heures la pluie cesse je tenterai une sortie. Entretemps je propose à plusieurs campeurs un petit coin au sec dans ma « maison ». Les tentes sont toutes submergées, certaines petites ont de l’eau jusqu’à la moitié de leur hauteur. Tous déclinent mon offre… et pourtant…
Vers 10 heures je décide de reprendre la route, l’hôtesse à l’accueil que me dit que je ne verrai rien, je ne vais pas rester cloitrée toute la journée dans mon beau logement, à la terrasse impraticable, seuls les bords sont à l’abri de la pluie et de toute façon il pleut trop fort… Je trouve pas mal d’oiseaux détrempés et la rivière en eau……………… Un convoi est prêt à partir avec 4 ou 5 voitures, je les laisse aller de l’avant…………
La route est impraticable jusqu’à Craig Lockardt, l’entrée de la boucle de Dalkeith aussi, je prends la route d’en haut. Au 14ème également mais c’est la route d’en haut qui est impraticable, le loop va plus ou moins bien. Je ne trouve que des oiseaux détrempés, des Springboks à la plage, tout en longeant une rivière… que dis-je un fleuve 😮
Il y a une… voire plusieurs centaines de Cigognes d’Abdim, au sol et dans les airs. C’est vraiment très impressionnant, mais d’où viennent-elles ? Ce soir sur la terrasse, je vois une ombre passer juste à côté de moi, le temps de me retourner, wow c’est une Genette. Je mets en place la caméra trap en espérant qu’elle revienne… Au matin pas de Genette, la camera trap est vide 😦
Ce matin, je tente une nouvelle sortie, jusqu’à Batulama, Urinanib a disparu.
Les routes sont horriblement glissantes et par endroit de l’eau jusqu’à mi-roues. Il faut négocier ferme à chaque ornière laissée par mes prédécesseurs… tous n’ont pas de bons véhicules, voir de bons pneus et en s’enlisant ils laissent des traces quasiment impossibles à franchir et le tout, si possible, sans déborder sur le terrain ! 4×4, lentement en zigzagant légèrement, comme sur la neige ! Je ne suis jamais restée « prise » dans la boue mais j’ai eu quelques belles frayeurs ! Il y a une quinzaine de Vautours autour d’une grande carcasse, un Oryx, les Lions sont passés par là. J’apprends à Kamqua que Hanri et le gang ont chopé un Springbok à Urikaruus… devant les cabines !!!
Un Elanion est en train de malmener un animal, poilu avec une longue queue poilue elle aussi ??? Je ne sais de quel animal il s’agit ! help please Tout à coup ce que je pense être un Aigle ravisseur fond sur une proie au sol ! Je le suis à travers mon objectif, c’est un juvénile Bateleur des savanes et la proie pourrait être un Ecureuil. Quand enfin je peux la voir, il m’est impossible de l’identifier, il l’a déjà bien déchiquetée. Ce soir encore impossible de faire un braai, je mange une boite de thon mayonnaise achetée au shop, bof ! faut bien manger :/
Au milieu de la nuit, des rugissements. Je tente de me rendormir… inutile, les rugissements retentissent de plus belle. Je me lève… de nuit, cherche le ténor, à la lueur de la lune qui était pleine il y a deux jours. Il semble tout près, mais je ne l’aperçois pas. Et c’est au petit jour qu’il sort des buissons juste en face de mon bungalow et avec nonchalance vient se désaltérer au point d’eau. Le soleil est levant, les images magnifiques, faites d’or.Le sud, toujours le sud, depuis Mata Mata il n’y a pas d’autre choix, et puis je déménage à Kieliekrankie.
A l’entrée du 13ème des Irrisors namaquois (Common Scimitarbill) pas facile de photographier, ils tournent autour des troncs, une Veuve royale, deux tortues. Et soudainement Hanri et sa famille, manifestement ils ont fini de diner, ils se nettoient l’un après l’autre puis s’en vont dans les dunes Et encore une surpise dans ce voyage, un Martin chasseur, pas n’importe lequel, un Martin chasseur à tête brune (Brown-hooded Kingfisher), jamais vu 😛 Des Kudus escaladent les rochers sur ma droite peut être à la recherche d’herbes spéciales ou simplement de sels minéraux Je ne reste que 2 nuits, j’ai donc préparé un « baise en ville », facile à transporter dans la cabine No 2, sauf que quand j’arrive une grosse averse m’accueille ! Willem n’est pas là, c’est un nouveau qui le remplace, je ne comprends rien à ce qu’il dit, faut dire que moi non plus on ne doit pas bien me comprendre !
Je prépare mon matériel pour la nuit, allume le feu (lit the fire), au menu Côtelettes d’agneau/purée. Le paysage est magnifique, avec toutes ces pluies, il y a un dégradé de verts invraisemblable. Je me sens si bien 😎 Ce matin je décide de parcourir la grande boucle, une façon de retourner dans vallée de la Nossob. En quittant le camp, deux chatons sont couchés sur le toit de la cabine No. « 0 », j’espère que je les retrouverai en rentrant. Il y a pas mal de prédateurs… ailés, les chats ne sont pas au rendez-vous Sur la route de la grande dune je rencontre pas mal de vehicules… pressés, comme toujours, prenant cette route pour un raccourcit et pensant à tort qu’il n’y a rien. La voiture qui arrive en face roule tellement vite qu’elle ne peut éviter le serpent qui traverse de son côté. Je stoppe immédiatement. Il est complètement dressé, mais le temps que je prenne position, tout en faisant attention à l’écraseur qui recule, le Cobra a plus ou moins repris sa position habituelle 😡 Dans Nossob river un Circaète à poitrine noire (Black-chested Snake Eagle) dévore un Mole Snake, sur la route de sable. Il s’envolle sur un arbre proche à mon approche. Je prends quelques photos des restes du serpent… j’espère que l’oiseau reviendra à son précieux dîner. Aux alentours de Kameelsleep un camion a dû laisser sa remorque, manque un pneu. Il est écrit à l’arrière « FAIT »… je me demande ce qui est fait ??? Et encore passablement de grands oiseaux, mais toujours pas de chats. Il y a deux Ouettes d’Egypte (Egyptian Goose) et des Oryx intrigués à la vue des ces oies, à Kij Kij, à la place des usuels Lions ! La route de la petite dune est pratiquement déserte, mis à part les « gueulardes » Outardes à miroir blanc (Northern Black Korhaan). Une bonne rincée lave un peu la voiture qui en a grand besoin depuis les routes inondées dans le nord.
Au camp, je repère un trou de Gecko, espérant qu’il est habité et que son occupant se manifestera tout à l’heure… pour le concert ! Bingo !
Au menu ce soit : côtelette-pomme-de-terre et oignons grillés… yummy… Au waterhole, alors que la nuit est tombée un Renard du Cape (Cape Fox) fait une apparition, c’est la première fois que je vois un tel renard à Kieliekrankie puis un Steenbok. Bien plus tard un énorme papillon de nuit (moth) volète dans l’évier de la cuisine, il a perdu une patte… il est horrible, avec comme une tête de mort dessinée… :/

à suivre…

… et le rêve devint réalité

3ème période – 1er au 8 février 2017 – Nossob – Urikaruus
A Nossob où je vais passer 2 nuits, je rencontre une Vaudoise qui se rend seule au Botswana, dans le nord, chez les moustiques comme elle dit, dès le lendemain. On décide de manger ensemble. Rack d’agneau et pomme purée… de la Migros 😀  Rencontre bien sympathique… que le monde est petit, quelques fois. Merveilleuse et pétillante jeune femme, et drôle ce qui ne gâche rien… elle voulait même m’adopter… moi… qu’elle erreur !!! Des rugissements se font entendre, nous nous précipitons au hide, ils ne viennent pas de là. On se sépare avant l’extinction des feux, je n’aime toujours pas le noir.


Le lendemain, je retourne à Lijersdraai dans l’espoir d’y trouver Safran. J’ai appris il y a quelques jours (mai 2017) qu’elle a été vue avec 2 petits, elle était donc cachée, portante, prête à mettre bas… j’étais trop tôt.
Le premier mammifère que j’ai vu fut un Lion, un beau mâle à la crinière noire, comme on en voit seulement dans le Kalahari, paresseux comme à l’accoutumée
quelques Bubales et leurs petits et de nouveau des Colious, un Aigle botté, une première pour moi dans le parc, et toujours un nombre indéterminé de Milans d’Afrique, une Autruche de mauvaise humeur,  un Aigle ravisseur avec sa proie et le même aigle harcelé par un Faucon Lanier.

Je rentre de bonne heure, je passe le reste de l’après-midi à sauvegarder mes photos sur deux différents supports, recharger chaque appareil, batterie, lampe de poche.
Le lendemain en route pour Urikaruus, tout est calme calme, trop calme. J’aurai moins de photos à trier, pas sûr……;)
en route des Oryx, toujours à la même place, à Kasperdraai, quelques oiseaux et des fleurs et même un champignon

…… peu avant Dikbaarskolk pique nique spot où je compte me restaurer, j’aperçois un troupeau d’Elands marchant à vive allure en direction du point d’eau. Je les suis. Je me fais discrète, je les sais timides. Je me parque à distance respectable de l’eau… une longue attente. Une voiture arrêtée = quelque chose à voir = arrêt et redémarrage puisque ce ne sont que des Antilopes. Deux à trois heures plus tard 😦 j’arrive enfin à les avoir près de l’eau, mais la dernière voiture aura raison de notre patience… les Elands détalent dans les dunes, vers le Botswana et je décide de continuer mon chemin, encore long
Un petit arrêt au toilettes, je détends mes jambes, mange un fruit… j’ai encore la grande dune à franchir.
J’arrive tard au camp, après 17h., je dois tout décharger, préparer le braai et surtout mon matériel photos pour la soirée. Bien m’en a pris, une troupe de Lions arrivent, ils sont sept, ils passeront 2 nuits et 1 jour au camp, je me suis même arrêtée à quelques mètres d’eux, pour rendre mon permis à Eric… pas le temps de prendre des photos et j’ai pas tardé de rentrer dans mon jardin privé, où les Perlies m’attendaient.
Pendant que je prépare le souper les Ecureuils, de l’autre côté de la vallée, se déchainent, ils jouent à « saute mouton ». J’ai cherché Charlie, je ne l’ai pas trouvée.

Le lendemain, cap au nord, à la recherche de Cheetahs. Des Lions sont couchés sur la route à une encablure. Maintenant il y a une « gate do it yourself » à l’entrée du petit chemin qui mène aux cabines, au sommet de la colline, pas trop de vue alentour et les Lions étaient juste à côté :/

Je fais le plein à Mata Mata, achète des boissons et du pain pour Eric qui l’avait oublié. Dans les loops, je trouve le Gymnogène, bien caché, une Barnie dans un grand nid, BateleurAigle ravisseur, Coliou à l’entraînement pour le prochain match de rugby 😀


Et subitement quelque chose bouge dans les hautes herbes… un Rock Monitor, il y en a même deux, impossible de les photographier ensemble… pourtant ils ne vont pas vite.
Ensuite un « road block » bien sympathique, un mélanistique Gabar Goshawk et encore et toujours de magnifiques oiseaux colorés.

Sur le chemin de retour, un AWC au pied d’un arbre tente d’attirer mon attention en faisant le tour de l’arbre et en regardant souvent en haut, dans les branchages… wow une petite merveille apparait, un chaton, le plus beau des chatons. 😎 Je suis seule, j’ai le temps de le mettre dans la boite, des voitures arrivent, le chaton fuit très haut dans l’arbre… maintenant invisible et pour le voir toutes, ou presque, sont parquées sur le si fragile écosystème :/

Je rentre de bonne heure, vers 17h, les Perlies m’accueillent. Les Lions sont maintenant éparpillés près du point d’eau. Un gros orage éclate, des tonnes d’eau déferlent, les Lions ne bronchent pas. Une Perlie appelle maman au secours. Je laisse le feu se consommer et mange à l’intérieur, fromage et pommes-de-terre. Le soleil se couche, la pluie a cessé, j’ai même droit à un magnifique arc-en-ciel. Les Lions sont maintenant couchés près de la pompe à eau, alignés comme chez le boucher 😀


La pluie reprend de plus belle dans la nuit et le matin les Lions ont fait place à des Girafes


En route pour le Sud, à Kamqua les Hyènes ont repris leur place dans les rochers et je compte 3 jeunes

Je retrouve les Suricates et des Otocyons qui s’enfuient au passage de voitures peu discrètes, trop pressées


A Kamersboom une Aigrette Garzette pêche ou tente de pêcher… vision inattendue dans le désert 🙄

Une Buse rounoir (Jackal Buzzard),un Aigle martial, des Girafes, une Mangouste rouge qui joue à cache-cache dans ses terriers et des Coursiers