… et le rêve devint réalité

19 janvier au 21 février 2017

Une fois encore, malgré les difficultés, je me lance dans un voyage « intercontinental ». Plusieurs milliers de kms me séparent de l’Afrique du Sud, en particulier du Kgalagadi.

Quelques jours chez mes amis à Upington pour me faire chouchouter… faire des courses pour 1 mois, chercher le gros 4×4 que j’ai loué, pour une fois, dans une autre compagnie et qui me sera bien utile. Inutile de dire que cette grosse bagnole fonctionnera à perfection, contrairement à celles louées chez un des seuls « fiables et bon marché », selon son propriétaire… loueur de voiture du lieu… mensonges ! Avec une autonomie de plus de 1000 km (contre 600), sans panne et nettement moins chère, elle a dépassé, et de loin, celle du loueur local et cela change tout quand on passe 5 nuits à Grootkolk.

Pour une fois j’ai choisit un frigo à ventilateur… sans faille, lui aussi.

En plus j’ai un parcours de rêve dans le parc…

Après avoir pris mes marques à Twee Rivieren en parcourant « the Nossob dry river bed », fait le plein de Hiboux, Cigogne et autres aigles et Faucons, je me lance à l’assaut de Urikaruus, où l’on m’a attribué le nouveau « chalet » qui porte le doux nom de « honey moon » !!! Je m’immerge pour 6 nuits, sans voisin, avec une large vue sur la vallée, complètement isolée….

Barn Owl/Chouette effraie

1ère période 19 au 25 janvier 2017 – TR – Urikaruus…

il y a des Lions à chaque waterhole… comment vais-je trouver des Cheetahs ?
La première nuit, les chacals m’avertissent qu’un Léopard est au waterhole… suis pas prête pour les photos, je serai prête les nuits suivantes, mais le Léopard n’est pas revenu !

Les nuits suivantes un Grand-Duc de Verreaux et une Hyène brune font une apparition, le Lion marqué à la cuisse gauche vient un matin pour se désaltérer.
Le Faucon lanier est toujours là, prêt à la chasse.

Toutes les après-midi, à mon retour, je suis accueillie par une Chevêchette du Cap et même le dernier jour par une Chouette effraie.
En fait, la Perlie a deux jeunes et j’ai beaucoup de peine à les photographier toutes ensembles.
La caméra trap fonctionne bien, pas d’herbes folles devant le grillage, elle attrape même une Lionne.
Le Gonolec couve toujours, trop haut pour avoir une bonne photo.

Un matin, j’ai même la chance de trouver des Suricates, une multitude de Suricates. J’aperçois des queues dressées dans les hautes herbes, je stoppe… et ils se mettent à jouer sur la route… photos impossibles à travers le pare-brise, j’attends donc de les avoir de mon côté. Il y a plein de jeunes, ils bougent beaucoup et sont difficiles à immortaliser !

Tout au sud de la vallée, 2 Cheetahs sont couchés au pied d’un grand arbre, vraiment difficile à identifier, j’attends pourtant qu’ils bougent et BINGO j’ai des photos des jambes… à travers les hautes herbes !!!
Sur la route, en rentrant, maman Springbok a déposé son nouveau-né… elle le laisse pour aller brouter, le temps qu’il se dresse sur ses pattes. Je ne reste pas, mais avertis les voitures et un camion, du danger que court ce petit.

imgl7721-800x533.jpg

à suivre … 2ème période

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s